Un jour peut être...

Publié le par Marinou Bichette

Un jour peut être...

Un jour peut être, on rentrera du travail sans pester, sans vouloir oublier, sans se prendre la tête, sans se dire qu'on a mal fait ou qu'on aurait dû faire encore mieux, sans se sentir humilié devant nos collègues, sans avoir l'impression de brasser de l'air, sans se rendre compte qu'on est désorganisé, sans être capable de répondre aux attentes, sans se dire qu'on a échoué, sans réussir à atteindre nos objectifs.

Un jour peut être, on se dira bravo pour cette journée, on se sentira pousser des ailes pour un micro truc accompli, on se souviendra de ce jour là en particulier pour un tout petit truc, on aura des compliments, on sera félicité, on sera admiré, on sera fier du travail bien fait, on se dira que si on se donne tant de mal, c'est juste pour ça, on se dira qu'on a fait notre maximum et que ça a payé.

Un jour peut être, on aura enfin le sentiment d'avoir acquis la confiance, d'être de vrais responsables et d'être laissés en autonomie, de savoir faire notre travail correctement, d'avoir accompli de vraies choses, d'être en liberté d'action, de ne pas se faire descendre pour des oui ou des non, d'être épanouis pleinement dans notre travail.

Un jour peut être, on se prendra la main, on se posera autour d'une table, on épluchera les petites annonces, on se dira qu'on prend des risques, on ira batailler avec le banquier, on sera en stress permanent de devoir réussir encore mieux.

Un jour peut être, toi et moi, on deviendra "patrons" et alors on se souviendra de tout ce qu'on n'a pas supporté, tout ce qui nous a aidé, tout ce qu'on voudrait éviter, tout ce qu'il faut copier, on se souviendra d'aller benchmarker, on feuillètera nos archives, on demandera conseil.

Un jour peut être, on se fâchera, on sera contrariés, on regardera les chiffres et on se mordra les doigts, on claquera des portes, on signera des arrêts et on multipliera les entretiens.

Un jour c'est sûr, on n'oubliera pas de récompenser, de soutenir, de motiver, de tirer vers le haut et de se rappeler que protéger les intérêts des employés, c'est protéger son business.

Un jour on espère, Papa Spaghetti et moi on deviendra entrepreneurs et on s'autogèrera.

En attendant, on turbine, on reste frustrés de ne pas être récompensés ni remerciés, on frise le burn out à se plier en quatre pour réussir, on se prend la tête à ramener le boulot à la maison, on prend pour les autres en hochant bêtement la tête pour éviter les conflits, on se mord les lèvres pour ne pas sortir de nos gonds, on fait 50h par semaine sans se poser trop de questions.

En attendant, on sourit à nos clients, qui eux savent nous dire merci, on se lève le matin pour leur donner le meilleur de nous, pour faire de leurs vacances un moment inoubliable, pour leur apporter tout (et n'importe quoi).

Parce qu'en attendant, si on fait ce métier, c'est pour vous, c'est grâce à vos remerciements, vos sourires et vos avis positifs sur trip advisor.

Mais un jour c'est sûr, nous saurons dire "merci" à ceux qui font tourner la boutique et on sera fiers, de nous, et d'eux.

Un jour on regardera dans la même direction, toi et moi, et il n'y aura personne d'autre devant...

Publié dans C'est qui ça

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Papounet 22/07/2015 15:32

Un jour peut-être, ou alors demain... Et puis on rentrera, si on a le temps, et on pestera contre ses employés qui sont absents pour un rien, qui ne font pas leur boulot, qui ne comprennent rien de rien, qui n'arrêtent pas de faire des bourdes...
Un long fleuve tranquille ? mais bon, d'abord faire ses armes (c'est le tout début) et puis rechercher d'abord la satisfaction de ceux que l'on accueille, c'est le plus important. Prendre du recul sur le reste, même si c'est difficile.